Contacts en Jordanie et rencontre à Amman

DSC_5831

Ahlan wa sahlan fi Amman! Welcome to Jordan!

C’est la phrase qu’on a entendue le plus souvent dans les quatre premiers jours à Amman. Tout le monde, les marchands, les passants, les serveurs, les enfants et même les policiers, nous souhaitent la bienvenue en Jordanie avant même de nous aborder pour quoique ce soit. C’en est tel qu’on est en train de se dire que le roi hachémite a peut-être passé une loi obligeant de souhaiter la bienvenue aux touristes.

DSC_6047

CONTACTS

Bref, j’avais quatre contacts en Jordanie, dont trois que je n’ai pas rencontrés :

– Tout d’abord, il y avait Munzer Al-Akhdar, le cousin de Faris Dwelk, mon ami Facebook. Un deuxième degré, donc. J’ai correspondu à plusieurs reprises avec lui et il était prêt à nous héberger, mais il s’est avéré que j’arrivais en ville la même journée que ses parents qu’il hébergeait. Je ne l’ai donc, finalement, pas rencontré.

– Ensuite, il y avait Ramzi Jaber, l’ami de George Khoury, qui est l’ami de Jimmy, mon ami Facebook. Un troisième degré, donc. Il passe sa vie entre Dubaï (Émirats Arabes Unis), Amman et Ramallah (Palestine). Il est Palestinien d’origine et a accepté avec plaisir de nous héberger. Il devait arriver à Amman le 8 novembre au soir… Mais il m’a réécrit pour me dire que son passeport était coincé à l’Ambassade et qu’il n’était pas autorisé pour l’instant à quitter Dubaï.

– Puis, on avait un autre contact en Jordanie et je devrai comprendre pourquoi je n’ai jamais eu de ses nouvelles : Zoé Brabant, amie d’Isabelle Ducasse, aussi amie de Jean-Hugues Roy. Elle a elle-même commenté le message concernant mon projet sur Facebook, mentionnant qu’elle était en Jordanie. Je lui ai écrit deux messages privés, et lui ai même envoyé une demande d’amis pour être certaine qu’elle voit mon message… Mais pas de réponse.

DSC_5882

RENCONTRE À AMMAN

On a quand même rencontré quelqu’un à Amman! Et non le moindre.

Il est associé dans une agence de sécurité qui travaille en étroite collaboration avec le gouvernement jordanien et israélien. Je ne peux pas mentionner son nom. J’ai eu son contact via Luc Chartrand, journaliste à Radio-Canada, ami de Jean-Hugues Roy, mon ami Facebook. Il s’agit donc d’un troisième degré de séparation. Cet homme, qui doit être dans la quarantaine, a accepté avec plaisir de nous rencontrer, mais pas de nous héberger. Il est venu nous chercher à notre hôtel et dès que je me suis assise dans l’auto, j’ai voulu filmer le trajet que nous prenions pour nous rendre au bar où il nous emmenait, mais il a refusé que je prenne quelque image que ce soit. Étant agent de sécurité, il ne veut pas apparaître publiquement.

Il nous a emmenés sur Al-Rainbow street, un nouveau monde à l’intérieur de la même ville d’Amman que je croyais essentiellement pauvre. Un cocon d’ouate occidentale en Jordanie. Ici, au bar Amigo, on trouve de la bière alcoolisée – ce qu’il n’y a pas dans les restos au centre-ville – on joue au billard, on écoute du LMFAO et les femmes ne sont en majorité pas voilées. Après trois bières et quand la copine de notre compagnon trop énergique nous a rejoints, ils nous ont emmenés manger des falafels au restaurant qui est prétendument (et selon tous les passants) le favori du roi. Ensuite, on est allés au resto de leur ami pour boire un thé à la menthe et manger des desserts typiquement arabes… Qui avait un nom trop compliqué pour que je m’en souvienne, considérant que notre agent de sécurité n’appréciait pas que j’aie mon cahier de notes près de moi!

On a beaucoup parlé de politique, avec ce Palestinien d’origine et cette Jordanienne qui a également la citoyenneté canadienne. Selon eux, la révolte en Jordanie ne saurait tarder. Les Jordaniens sont muets, ils sortent parfois dans les rues pour manifester et demander des réformes sociales, mais après quelques heures de manifestation tranquille, tout le monde rentre chez soi. Selon nos hôtes, 9 tables sur 10 au restaurant parlent du même sujet que nous, et sont contre le roi. Mais rien ne bouge, et des élections ne sauraient pas changer la situation. Ils donnent un an avant que le printemps arabe atteigne la Jordanie.

Bref, une soirée en compagnie d’un homme et d’une femme qui sortent totalement de l’ordinaire en cette terre musulmane et ce royaume hachémite. Après 5 heures de conversation, ils nous ont ramenés à notre hôtel… en Mercedes flambant neuve. Fin d’une soirée lors de laquelle je n’ai pas pu « travailler » (filmer) et que je n’aurais jamais pu prédire.

DSC07168

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s